Atelier lancement PDDPS

Évaluer cet élément
(0 Votes)
01 Avr 19
Lu 353 fois
Publié dans Dernières nouvelles

Ndioum 27/03/2019. Le processus de lancement du Projet de développement durable du pastoralisme au Sahel (PDDPS) s’est achevé ce 27 mars 2019 à Ndioum (département de Podor) l’issue d’un atelier de deux jours qui a regroupé l’ensemble des acteurs de l’élevage, les autorités administratives et municipales, les services étatiques impliqués, les ONG et les OCB. Des ateliers similaires ont été organisés auparavant à Dakar et à Tambacounda. La cérémonie de lancement de Ndioum a été présidée, au nom du gouverneur de Saint-Louis, par l’adjoint au préfet de Podor, M. Malick Koné.

Dans son adresse aux participants, il a beaucoup apprécié l’initiative de l’Unité de gestion du projet de partager les objectifs et les activités prévues dans la zone nord. Il voit, à travers cette stratégie, un moyen pour les bénéficiaires de s’approprier plus facilement les réalisations, de poser dès le départ les jalons de la pérennisation, mais aussi de permettre à l’administration, aux communes et aux services déconcentrés de l’état d’assurer le suivi régulier des activités.

Le PDDPS est une initiative de la Banque islamique de développement (BID) et de la Fondation Bill & Melinda Gates. Ce partenariat a donné naissance au Fonds dit « Lives and Livelihoods Fund » ou « Fonds de vies et de moyens de subsistance», lancé le 29 septembre 2016 par la BID et ses partenaires. Dès sa conception, le PDDPS est arrimé au Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS) financé par la Banque mondiale. La Banque islamique de développement et la Banque mondiale partagent, à cet effet, un « Cadre de partenariat stratégique » qui vise à renforcer leur coopération pour faire face aux problèmes de développement auxquels sont confrontés les pays musulmans.

L’engagement financier de la BID dans le PDDPS s’élève à 30,79 millions de dollars américains, soit environ 18 milliards de FCFA auxquels il faut ajouter une contrepartie d’un milliard cinq cent millions du Gouvernement du Sénégal. L’objectif global du projet est de contribuer à la réduction de la pauvreté et au renforcement de la sécurité alimentaire et nutritionnelle des populations vulnérables dans 14 départements des régions de Saint-Louis, Matam, Louga, Kaffrine et Tambacounda. Il s’agira d’améliorer durablement la productivité et la compétitivité des filières lait et petits ruminants, d’accroître la valeur ajoutée des produits d’élevage et de créer des emplois, en particulier pour les femmes et les jeunes à travers la microfinance islamique. Le PDDPS va impacter 550 000 pasteurs et agro-pasteurs, mais également les autres acteurs des chaînes de valeur lait local et petits ruminants évoluant dans le secteur privé.

Selon le Dr Ibrahima Niang, coordonnateur du PRAPS/PDDPS, « à terme, le projet permettra d’améliorer l’accès à l’eau profonde pour le pastoralisme ; d’améliorer la disponibilité des eaux de surface au niveau des zones de pâturage ; d’améliorer le revenu des pasteurs et agropasteurs ; d’améliorer la productivité laitière autour des points de collecte et de transformation du lait ; d’améliorer les races bovine et ovine ; d’augmenter les superficies des terres sous gestion durable et de réduire les conflits et les mauvaises pratiques d’exploitation liées à la transhumance. »

Le Dr Niang a aussi révélé que l’avènement du PDDPS, va nécessiter l’ouverture d’une 3è antenne à Tambacounda dans les anciens locaux du PDESOC. Pour compléter le dispositif, les ressources humaines de l’UCP du PRAPS seront enrichies d’un spécialiste en finance islamique, d’un spécialiste en chaînes de valeur et de deux assistants en comptabilité et passation des marchés. Un bureau d’audit externe, chargé entre autres tâches, des études, du contrôle et du suivi des marchés et des travaux en matière d’infrastructures sera également recruté. Après l’atelier national et les deux ateliers zonaux de lancement et de partage, le PDDPS est prêt à prendre son envol. Les autorités sénégalaises et la BID travaillent de concert pour faire de ce projet un exemple de réussite dans un secteur aussi stratégique que le pastoralisme.

Dernière modification le lundi, 01 avril 2019 21:44