PRAPS-SN : LE COPIL DONNE SON SATISFECIT

Évaluer cet élément
(0 Votes)
16 Nov 18
Écrit par Lu 354 fois
Publié dans Dernières nouvelles

Le Comité de pilotage (COPIL) du Projet régional d’appui au pastoralisme au Sahel (PRAPS) a effectué une visite de terrain du 22 au 25 octobre au niveau de l’antenne Nord, situé à Ndioum. Cette visite fait suite à une recommandation des membres du Comité, faite lors de sa dernière réunion. Pour eux, il était important de découvrir, de visu et de consolider sur le terrain, les rapports relatifs aux activités du projet, émis régulièrement par les antennes et l’Unité de coordination.

La mission était conduite par le Dr Mamadou Ousseynou SAKHO, Secrétaire Général du ministère de l’Elevage et des Productions animales, Président du Comité de pilotage. Le Président du COPIL avait à ses côtés le Dr Ibrahima NIANG, Coordonnateur du PRAPS-SN accompagnés de quelques-uns de ses collaborateurs. Les autres membres du COPIL étaient composés du Colonel Alioune DIOUF, Secrétaire Exécutif du CONACILSS, Djadié SECK, ministère des Finances, Ismaïla SOW, chargé du Suivi-Evaluation du Conseil national de la Maison des éleveurs (CNMDE). Sur le terrain, la mission du COPIL a été accueillie par le Dr Mamadou Moustapha THIAM, Chef de l’antenne de Ndioum assisté d’Abdoulaye Gadio, Assistant chargé du Sui-Evaluation.

Après une nuit passée à Richard Toll, la délégation s’est rendue à Niassanté dans l’arrondissement de Mbane. Cinq infrastructures sont prévues dans cette localité : un parc à vaccination, un magasin de stockage d’aliment de bétail de 50T, l’aménagement d’une pépinière, un marché à bétail et la réhabilitation du forage. La construction du parc à vaccination est achevée. Le magasin de stockage sera livré avant la fin de ce mois. La pépinière est déjà clôturée. Elle attend la réhabilitation du forage pour fournir l’eau nécessaire à son fonctionnement. La construction du marché à bétail est en phase de démarrage. Pour le forage, le marché est attribué.

La mission a profité de cette étape pour se mettre à l’écoute des populations afin de recueillir leurs points de vue, leurs suggestions et leurs doléances. Toutes les réalisations du PRAPS ont été très appréciées. Les bénéficiaires qui effectuent un contrôle citoyen ont largement salué la démarche participative et inclusive du projet. Ils ont remercié le Gouvernement d’avoir tenu compte de leurs priorités de développement et de leurs préoccupations du moment. Les autorités administratives et municipales ont également reçu la délégation du COPIL. Leur engagement a été déterminant dans la négociation des accords sociaux et les délibérations sur les sites devant abriter les infrastructures. Ces autorités ont également facilité les négociations pour déterminer les tracés des couloirs de transhumance et le screening environnemental et social.

Après Niassanté, la mission du COPIL s’est rendue à Dagana où le PRAPS a construit un magasin de stockage de 100T à l’image des 08 départements couverts par le projet. Quelques problèmes liés à la situation de ce magasin sur un terrain inondable ont fait l’objet de discussions entre les membres de la délégation, l’entreprise chargée de la construction et le Chef du Service départemental de l’élevage. Tout compte fait, il a été proposé de créer un canal de drainage pour éviter la stagnation des eaux devant le magasin en saison pluvieuse.

Au deuxième jour de son programme de visite, la mission a été l’hôte du département de Podor et notamment de l’arrondissement de Gamadji Saré. En compagnie du Chef de poste vétérinaire de Ndioum, la délégation est allée au niveau de l’aire d’abattage dont la construction est très avancée. Le magasin de stockage de 100T est en phase de finition et le siège de l’antenne du PRAPS à Ndioum a fait l’objet d’une réception provisoire depuis juin 2017.

La mission s’est ensuite rendue à Loumbol Thilly. Dans ce village, un groupe mixte composé majoritairement de femmes, pratique le concept de « champ-école » développé par le PRAPS en partenariat avec la FAO. Un périmètre d’un hectare sert d’expérimentation à la culture du maralfalfa ou néma. Cette plante a été adoptée en culture fourragère par le ministère de l’Elevage et des Productions animales du fait de ses immenses potentialités alimentaires et nutritionnelles pour les animaux, mais aussi pour sa bonne productivité. Un hectare de maralfalfa peut produire de 20 à 40 T de fourrage par an. Et la plante n’a besoin que d’eau pour se développer. Elle repousse après chaque récolte et peut vivre pendant sept ans.

Sur le plan des infrastructures, Lombol Thilly dispose d’un parc à vaccination dont la construction est terminée, d’un magasin de stockage de 50T presque achevé. Le forage existant est vétuste et n’arrive plus à satisfaire la demande en eau des hommes et des animaux. Il sera réhabilité par le PRAPS. Le marché a été attribué.

La visite à Loumbol Thilly a pris fin par une réunion de concertation et de mise à niveau entre les populations, les entreprises chargées des travaux et la mission du COPIL. Toutes les inquiétudes nourries par les bénéficiaires sur les retards éventuels des travaux ont été levées. Les populations réunies autour du chef de village ont aussi exprimé toute leur satisfaction sur la qualité du travail déjà accompli et sur l’esprit de partenariat qui préside au déroulement des activités du projet. Elles ont beaucoup apprécié leur implication à toutes les phases du projet : de la conception à la réalisation des infrastructures.

La visite de terrain du COPIL a pris fin par une réunion de débriefing durant laquelle toutes les observations et suggestions ont été capitalisées par le projet. Pour terminer, le Président du COPIL et quelques membres ont plébiscité la démarche du PRAPS en matière d’écoute, de participation et d’inclusion des populations, des autorités administratives et municipales et des entreprises. Grâce à cette démarche, les bénéficiaires exercent, en permanence, un contrôle citoyen sur les infrastructures. Mieux, la prise en compte du volet Genre sensible dans les activités du PRAPS sur le terrain, a beaucoup séduit les membres de la mission. Une recommandation forte a été émise concernant la remontée régulière des informations sur l’état d’avancement des chantiers vers le niveau central. Il s’agit d’éviter les retards préjudiciables aux notations du PRAPS dans la perspective de la revue à mi-parcours, prévue en mai ou juin 2019.

De même il a été conseillé de mettre l’accent sur l’ingénierie sociale avec les nombreuses mesures d’accompagnement qui sous-tendent la mise en œuvre des infrastructures. Au total dans les 5 régions et huit départements couverts par le projet, quelque plus de 150 ouvrages sont prévus sans compter les pépinières, les mises en défens et les couloirs de transhumance. Rendez-vous est pris pour visiter l’antenne Sud, lors de la prochaine sortie du COPIL Cette visite a fait l’objet d’un reportage photographique et vidéo qui a été diffusé sur la chaîne publique de télévision.

Dernière modification le lundi, 01 avril 2019 21:47