LA SOLUTION EST DANS LA SOLIDARITE COMMUNAUTAIRE

Évaluer cet élément
(0 Votes)
16 Nov 18
Écrit par Lu 127 fois
Publié dans Dernières nouvelles

Au niveau régional et communautaire, la Commission de l’UEMOA assure une mission d’animation, d’harmonisation, de soutien technique, d’interface et de coopération en matière d’inspection du médicament vétérinaire. La mission de l’UEMOA repose sur trois dispositifs complémentaires encadrés par un ensemble de textes réglementaires.

Parmi ceux-ci, on peut citer d’abord le dispositif centralisé d’Autorisation de mise en marché (AMM) organisé autour d’un Comité régional du médicament vétérinaire. Il y a ensuite le dispositif unique de contrôle de qualité par la mise en réseau de neuf laboratoires répartis dans les États membres de l’UEMOA. Parmi ces laboratoires, figure le Laboratoire de contrôle des médicaments vétérinaires (LACOMEV) de l’Ecole inter-états des Sciences et Médecine vétérinaires (EISMV), qui est un laboratoire de référence de l’OIE pour l’analyse des médicaments vétérinaires en Afrique subsaharienne. Enfin, il existe un dispositif de réglementation, représenté par le Comité vétérinaire de l’UEMOA, organe consultatif, chargé de coordonner l’action réglementaire.

Au niveau national, ce sont les pays eux-mêmes qui sont en charge du contrôle et de la surveillance des activités pharmaceutiques vétérinaires sur le terrain, de la fabrication et/ou de l’importation, de la distribution et de la lutte contre le marché parallèle illicite. Malgré tous ces dispositifs, force est de constater que la situation demeure préoccupante concernant le contrôle de la qualité des médicaments. La plupart des pays ne dispose pas, en effet, de dispositifs de contrôle performants en l’absence de liste arrêtée et diffusée des médicaments homologués, de système de pharmacovigilance. De même, l’évolution du marché et des circuits des médicaments vétérinaires est loin d’être maîtrisée et parfois même, il n’existe aucune base de données à jour pour apprécier la situation globale.

Le processus d’harmonisation des législations pharmaceutiques vétérinaires est entré dans sa neuvième année d’opérationnalisation. Les premiers dossiers de demande d’AMM ont été déposés en 2010. En 2018, l’UEMOA a reçu un cumul de 628 dossiers de demande d’AMM. 413 dossiers ont été traités sur le plan administratif et 372 sur le plan technique. 280 AMM ont été délivrés ou sont en cours de signature. 229 dossiers restent à évaluer.

Compte tenu des enjeux potentiels en termes de san animale et/ou de santé publique ainsi que pour lenvironnement lié à lutilisation de ces produits, il est apparu cessaire, notamment au niveau des pays de lUEMOA, d’harmoniser les législations pharmaceutiques vétérinaires et de contrôler lusage des produits pharmaceutiques et des vaccins.

Dans lidéal, chaque pays devrait disposer de textes gislatifs gissant l'importation, la fabrication, lentreposage, la distribution et l'utilisation de ces produits. Il devrait également être possible de aliser, à tout moment, des contrôles sur toute la chaine d’utilisation des produits. Ces contrôles doivent être réalisés par des structures ou des institutions habilitées selon des procédures standardisées. Au niveau international, l’OIE collabore dans le domaine du MV avec l’Agence Nationale du Médicament térinaire (ANMV) de France qui compte parmi ses Centres collaborateurs.

A ce titre, lANMV apporte son expertise technique sur les questions relatives à la pharmacie vétérinaire et intègre le programme de l’OIE sur le MV qui s’articule autour de cinq axes : l’aide aux pays pour lélaboration et la mise en place dune gislation pharmaceutique adaptée ; la définition d’un ensemble d'exigences techniques minimales ; le transfert des technologies analytiques adaptées pour le contrôle de la quali pharmaceutique des MV et des résidus médicamenteux dans les aliments ; linformation et la formation des cadres administratifs chargés de l'enregistrement des MV.

L’exrience de lANMV dans le domaine de l'évaluation scientifique, de contrôle et de décision en matière de médicaments vétérinaires en France pourrait servir pour les pays PRAPS pour mettre en place ou rendre fonctionnels leurs dispositifs de contrôle. C’est la conviction du Dr Cathérine Lambert, Directrice adjoint l’Agence nationale de sécuri sanitaire (Anses). Et pour cause : l’ANMV est, entre autres, chare des autorisations relatives aux dicaments vétérinaires, coordonne l'inspection des établissements pharmaceutiques vétérinaires et le système de pharmacovigilance. Elle exerce également des missions de surveillance et de contrôle quant à la quali des médicaments.

FEUILLE DE ROUTE DU PNS-MV

19 octobre 2018 : restitution exhaustive de la formation aux responsables du ministère, du PRAPS et au laboratoire de contrôle éventuellement.

31 mars 2019 : rédaction participative du draft 0 (document martyr) du PNS-MV.

30 juin 2019 : validation technique du PNS-MV.

31 août 2019 : validation politique du PNS-MV.

Dernière modification le vendredi, 16 novembre 2018 11:06